lundi 19 avril 2010

L'engagement (long, attachez votre tuque!)



L'univers de Grande Ado est bien différent du mien à son age. Quand j'avais 16 ans, les films qui jouaient au grand écran étaient remplis de scènes d'amour édifiantes ou d'épopées chevaleresques. Je pense à Robin des Bois joué par Kevin Costner, les Trois mousquetaires, etc. Chaque fille que je connaissais alors recherchait l'Amour avec un grand A. Nous parlions du nombre de bébés que nous aurions ainsi que de la façon de les élever. Bien sûr, nous allions faire carrière, mais jamais sans famille et enfants! Nous accordions énormément d'importance à ce que notre partenaire, quand nous en avions un bien entendu, ait la même vision que nous en ce qui concerne le mariage officiel (grandiose évidemment), et notre future vie de couple qui s'en suivrait. Et puis, pour passer le temps, on écoutait Michael Bolton, Hélène de Roch Voisine... Bref, l'amour romantique était au coeur des préoccupations de l'époque.

Comme les choses ont changé depuis! Aujourd'hui bien souvent, les jeunes filles à l'école sont des "chicks" ou des "sexy bitch". Au lieu de "Take on me", "Y a de l'amour dans l'air" et "Another day in Paradise" à Musique Plus, on a des vidéos Hip Hop avec des femmes objets, on a l'hyper-sexualisation, on a des films "rapides et dangeureux". On est loin de Superman! Encore plus loin de la Guerre des Tuques! Entendons-nous, cette époque-ci n'a pas inventé le sexe et le machisme mais c'est tellement, tellement partout dans l'univers des jeunes, n'est-ce pas? Et de toute façon, on ne s'offre plus une bague, maintenant on collectionne les piercing en diamants, plutôt. On ne s'entretient plus du futur, mais des fonctions de notre nouveau téléphone cellulaire ou lecteur de musique. On a tué la romance, on l'a délaissée au profit du réalisme cru, exit le rêve à l'eau de rose, vu comme une perte de temps.

C'est dans ce contexte que notre Ado a eu samedi soir le choc de sa vie. ;o) Elle qui évolue dans ce monde pratique, où les familles de la plupart de ses congénères sont tombées sous le couperet du divorce (intense, mais vrai), où l'on aborde la vie de façon inquiétante à grand coup de récession, d'épidémie grippale ou encore de réchauffement climatique, où la relation amoureuse est vue non pas comme un accomplissement mais bien comme un acte social, un passage obligé, prélude à l'union officielle qui sera encadrée et réglementée plutôt que vécue dans l'exaltation échevelée des engagements éternels (je ne parle pas de religion ici mais bien de don de soi). Dans ce monde, les coups de foudre sont devenus rares, les familles jeunes également. Dans ce monde, les gens se choisissent, se structurent, et attendent passé la trentaine pour les bébés, question de vivre avant. Dans ce monde, un élan du coeur est très souvent un élan qu'il faut contrôler, sous peine de faire de graves erreurs! Dans ce monde peu de choses durent: on déménage souvent, on change souvent de travail, pourquoi accorder tant d'importance aux gens? Qu'est-ce qu'un ami d'enfance? Qu'est-ce que le virtuel ne peut pas remplacer?

Samedi soir nous faisions un souper fondue. Notre petit dernier est un as des as! Agé de deux mois, il sait quand dormir pour nous permettre de manger, et même de discuter! Les filles étaient d'humeur gaillarde, affichant leur toute nouvelle coiffure datant de l'après-midi même, et les parents partageaient cette humeur à la faveur d'un excellent vin californien. La famille était ainsi réunie comme à tous les soirs. Grande Ado aurait exceptionnellement dû être absente pourtant, car une soirée pyjamas avait été organisée chez une copine. Cependant, les parents étant en instance de divorce, l'un d'entre eux s'était opposé à la tenue de l'évènement, semblerait-il pour gagner des points dans une guerre avec l'autre. Triste. Mais sans cela, notre discussion n'aurait pas eu lieu, alors soit.

Étrangement, quand la question survînt, je me rendis compte qu'elle n'avait jamais été posée véritablement. Notre Ado cherchait à retourner sur les traces de ses débuts dans l'existence. Elle cherchait à reconstituer l'arrivée de Petit mari dans ma vie, que je partageais alors exclusivement avec elle en monoparentale. Très certainement, ce genre d'exercice tenait de la quête identitaire. Elle nous demanda alors de relater les circonstances de notre rencontre.

Quelque part dans le récit, elle m'arrêta subitement:

Fille-"Quoi? Papa est venu habiter chez toi la journée même de votre rencontre?"

Mère-"En quelque sorte, oui. Nous avons été présentés pendant une soirée, nous avons causé toute la nuit sans nous quitter, puis convenu d'un rendez-vous le lendemain. Nous sommes allés dormir à la fin de cette seconde journée de couple, tous les deux chastement dans un même lit, pour être près l'un de l'autre tout simplement (et c'est vrai). À partir de ce moment, nous avons partagé nos nuits, et ce depuis 15 ans."

Fille-"Quoi, il n'avait pas d'appartement?"

Mère- "Bien sûr! Il est d'abord allé chercher sa brosse à dent, puis sa télévision, les restes de son frigo et sa garde-robe. Son appartement, il l'a finalement sous-loué puisqu'il ne l'habitait plus."

Fille ébahie- "Mais... pourquoi??"

Mère- "Et bien, parce que nous ne voulions plus vivre une minute l'un sans l'autre. Nous étions prêts pour notre aventure de couple et rien, ni le jugement de l'entourage, ni la raison sociale, n'aurait pu briser cet élan du coeur."

Fille- "Ça n'arrive qu'au cinéma! C'est donc bien hot!"

Mère- "Nous avons écouté notre coeur, tout simplement. Nous sommes devenus une famille, nous n'avions pas peur d'essayer, de nous engager. De toute façon, c'était plus fort que nous, c'était un coup de foudre!

Là, c'était comme si j'avais parlé d'un phénomène astronomique rarissime tel une comète frôlant la terre.

Mère- s'amusant de l'étonnement de sa progéniture: "Ce n'est pas tout: nous nous sommes fiancés trois mois plus tard".

Fille- psalmodiant les mains au ciel: "Trois mois, trois petits mois??"

Mère- toujours souriante: "Et oui, alors vînt le mariage cinq mois plus tard."

--Une bombe dans un paysage où les gens se fiancent au moins dix ans avant de passer à l'acte, sinon jamais!--

Fille- ... silence

Mère- "Une fois mariés, papa t'a adoptée quelques mois plus tard."

Fille- "Était-il obligé?"

Mère- pouffant de rire: "Mais non voyons! Mais il voulait que tu portes son nom. Il voulait aussi conserver des droits sur toi advenant mon décès. Il voulait que tu sois vraiment sa fille."

--Un engagement qui l'honore toujours et dont peu d'hommes auraient été capables, même à l'époque--

Fille- "Mais c'est une vrai histoire d'amour ça! Une vraie!!"

Mère- le coeur un peu serré devant cette spontanéité: "Je crois qu'on peut dire que cela."

Fille- "C'est rare au bout!"

-- Là, mon coeur s'est serré tout-à-fait, non pas de chagrin mais d'espoir. Je voudrais tant qu'elle puisse goûter à une relation telle que la mienne, en tant que Femme amoureuse.

Depuis quand l'amour et l'engagement sont passés de mode? Je ne sais trop. Mais je suis certaine que cela n'est pas complètement disparu. Trouveront-elles des hommes prêts à vivre vraiment à deux pour longtemps? Seront-elles des femmes prètes à cela également?

Je sais, j'ai énormément usé de généralisation dans ce billet. Notre époque n'est pas si noire, il y a encore des films et des chansons d'amour. Et certaines familles sont très unies.

Je sais aussi que tout le monde ne vit pas sa relation de couple comme nous avons vécue la nôtre. Une telle fusion n'est pas toujours faisable, ni souhaitable. C'était bon pour nous. C'était tout à fait romanesque, comme je l'avais souhaité petite fille. C'était l'Amour à notre façon à nous.

Cependant, je crois que les exemples d'engagement durable diminuent de façon alarmante dans notre société d'aujourd'hui. Nos parents dans la soixantaine en sont souvent les seuls représentants, et pour si peu d'années encore! C'est l'engagement réel qui fait la différence.

Je souhaite ardemment que notre vie de famille, et surtout notre exemple en tant que couple, fasse naître et entretenir le désir chez nos enfants de chérir les relations humaines à long terme, sans prenez-jetez, sans marchandage. Je souhaite qu'elles sachent vraiment se donner à fond sans regarder derrière, sans craindre l'échec et ainsi pécher par excès de méfiance. Je souhaite qu'elles sachent quitter parfois leur zone de confort quand le jeu en vaut la chandelle, particulièrement quand il s'agit d'aimer, quand il s'agit de procréer, quand il s'agit de vivre sans compter. J'espère qu'elles seront des Femmes à part entière, des Amoureuses passionnées, des Mères assumées, qu'elles choisissent ou non de marcher dans mes pas. Je voudrais qu'elles puissent écouter leur coeur, peu importe si celui-ci leur dicte un parcours peu commun.

Surprenant, parfois, où les soupers fondue peuvent nous entraîner !

Je crois que Grande Ado fera à nouveau des rêves romantiques. Je crois qu'elle voudra connaître le véritable amour, l'attendre s'il le faut, et l'estimer à sa juste valeur comme étant une réussite de vie et une source profonde de bonheur.
;o)

14 commentaires:

Karine a dit…

J'adore!!!

Je n'aurais pas pu mieux écrire ce que je ressens concernant ce "phénomène"...

Je souhaites a toutes les jeunes filles de rêver à l'amour, le vrai, comme dans les films. Et j'ai bien l'intention de d'éduquer à Fiston comment faire vivre cet amour à une fille, et le vivre également, en lui racontant moi aussi l'histoire de la rencontre avec Chum qui dure depuis 9 ans maintenant.

Bravo pour ce beau billet :)

Steph a dit…

Quel beau texte ! Il fait réfléchir beaucoup et espérer aussi. Je suis loin des discussions de se genre avec bébé, mais le temps viendra, et j'espère pouvoir de mon mieux lui transmettre la magie de nôtre rencontre a papa et a moi. Je vois dans tes souhait envers tes filles pleins de conseils a prendre et a suivres et à partager. Il est vraie que l'amour de nos jours n'a plus bonne presse, et semble parfois se perdre dans une société plus invidualiste, trop critiques, trop terre a terre. Il faut parfois se laisser porter par le romantisme et se donner la permission d'y croire !

Sednah a dit…

J'adore ton texte...mais je comprends ta fille de poser des questions de même...
J'Ai le double de son âge et j'ai de la misère à y croire encore! o_0

La Mère Michèle a dit…

Sednah: j'ai aussi le double de son age + 3 ans hihihi!

Merci pour votre appréciation!!

Manon a dit…

Mère Michèle ton texte m'a arraché quelques larmes...

Je songe à tout cela parfois moi aussi. Je songe que bientôt ma cocotte arrivera à l'adolescence...

Je songe qu'à l'école mes enfants vont cotoyer plusieurs autres enfants qui ne vivront pas la même réalité qu'eux... Parfois j'ai l'impression qu'ils seront en minorité dans leur situation.

Mais je sais aussi que la majorité de nos couples d'amis sont dans la même situation que nous... Que mes enfants, en plus de notre exemple, auront aussi ces exemples-là.

Merci pour ce billet!

La Belle a dit…

Wow, j'ai rarement lu un texte aussi juste sur un sentiment que je ressens face à la réalité d'aujourd'hui v/s hier.

Je lui souhaite comme toi et moi, un coup de foudre!!

Sam (n.f.) a dit…

J'adore ton texte ! Je suis sortie de l'adolescence il n'y a pas si longtemps, et malgré la séparation de mes parents et les échecs amoureux de ma mère, j'ai toujours rêvé à l'amour comme dans les films, parce qu'il m'a été dit un jour que cela existait.

C'est ce dont ta fille avait besoin, se faire dire que c'était possible. Je lui souhaite de trouver et de ressentir ce sentiment aussi merveilleux et aussi fort que tu ressens. Je crois que votre discussion lui a donné espoir. Il faut être réaliste, mais il faut se permettre d'espérer quand même !

Looange a dit…

Il semble que cela existe encore :) Je l'ai vécu sur le tard. Mais ce fut la même chose un coup de foudre et 1 semaines après j'avais un Ritch dans mon appartement :)

Je ne sais pas comment sont les ados en ce moment. Mes filles sont trop petites. Mais oui dans mon temps je l'ai tu chercher le grand Amour. Me disant que si ça existait dans le films c'est que ça existait ailleurs.

Je suis une bien grande rêveuse :)

Charlotte a dit…

Bonsoir La Mère Michèle,

je suis la personne la moins romantique que la terre ait faite. À mon grand malheur...

Car ce que tu dis est juste, pour notre époque du moins. Je me reconnais. Même si je suis une fan finie des films d'amour, voyez le paradoxe, je suis trop terre à terre pour croire au coup de foudre dans la vraie vie.

Mais sais-tu quoi? Chez les autres, j'y crois!!! Encore un autre paradoxe... Ce que tu racontes, j'y crois. Ce que ta fille a réalisé, j'y crois. Ce que tu souhaites pour elle, j'y crois!

Moi aussi j'ai versé quelques larmes, car j'y crois. Je ne doute pas qu'elle saura s'entourer d'un homme de grande qualité, car c'est possible. Ils existent et doit y croire.

Merci Michèle, c'était magnifique.

Charlotte

La Mère Michèle a dit…

My god! De rien Charlotte :)

Oui je crois aussi qu'ils existent encore.

Sophie a dit…

Quel beau billet ensoleilée!

C'est vrai que l'amour existe encore! Les ados oublient parfois que la vraie vie existe en dehors de Facebook et compagnie!

Moi, je suis tombée amoureuse de mon chum à 9 ans. À 9 ans, je l'aimais déjà, c'est fou, non? C'est l'amour de ma vie et il y a maintenant presque 13 ans que nous sommes officiellement un couple!

La Mère Michèle a dit…

Sophie, c'était certainement écrit, pour sûr!

Grande Dame a dit…

Je sais pas si ça peut encourager ta fille, mais mon ado de 15 ans, depuis septembre, est amoureux d'une fille et l'a courtisée leeeentement (elle ne l'aimait que comme ami au début, puis lui a donné une note sur dix à sa demande et l'objectif de mon fils était de la faire augmenter avant de lui faire la demande officielle).

Comme c'était ELLE qu'il aimait et pas une autre, il a été patient, a accepté le rôle d'ami, a patienté looongtemps de pouvoir l'approcher ("pourquoi, maman, elle est TOUJOURS avec ses amies, elles ne la lâchent pas d'une semelle? Aaah, les filles !").

Depuis environ trois semaines, sa cote a augmenté suffisamment pour qu'elle accepte de sortir avec lui(après plusieurs balades en forêt, sorties au cinéma, rencontres entre amis).

Mon fils est fou d'amour pour elle, il la voit dans sa soupe, la dessine, prend leur relation au sérieux malgré qu'elle soit extrêmement réservée.

Ce n'est pas une "chicks", mais elle est jolie et surtout, il en est amoureux.

Je suis heureuse pour lui, comme tu le seras peut-être plus vite que tu le penses pour ta grande. ;o)

PS. Belle histoire d'amour que la vôtre. Je l'aime bien, ta grande.

La Mère Michèle a dit…

:O)

Merci Grande Dame!
Je crois en effet que ma Grande cherchera et trouvera le bonheur, elle est romanesque dans son fond, comme la mère!!

Et ton gars est le témoignage que des Hommes romanesques, ça existe encore:)

Related Posts with Thumbnails