dimanche 4 juillet 2010

Confort existentiel



En généralisant, je postule qu'il existe en gros deux types de comportements face aux biens matériels. Certaines personnes effleurent leurs meubles, respirent à peine quand ils marchent sur leur beau bois franc, entretiennent leur maison, leur terrain, comme on le ferait d'un nouveau-né. D'autres vivent à fond, sans compter les égratignures! Sans être des démolisseurs pour autant, ces personnes ont l'habitude d'étrenner joyeusement les coussins du divan, d'écrire ou de boire sur une table sans en protéger la surface, de marcher parfois en soulier à l'intérieur sans faire un drame. Un léger bris, sur un plancher une armoire ou un évier, est en soi une preuve que les lieux sont habités et non pas une cicatrice béante, preuve de négligence ou de brusquerie.

Nous sommes de cette dernière catégorie de personne. Il nous est pénible en ce moment de surveiller chaque utilisation de chaque pièce, ou meuble, d'une maison qui nous est louée temporairement. Quelques égratignures de notre fait me donnent déjà quelques crampes dans le ventre. Pourtant, c'est bien normal avec tout ce petit monde, de s'attendre à quelques petites traces de notre passage. Notre table de cuisine habituelle a cent ans d'age. Elle porte sur sa patine de nombreux mots, d'anciens numéros de téléphone. Petit mari a déjà refusé de la vendre car selon lui elle avait "élevé" ses enfants! En effet, on y voit des marques de crayonnage! Imaginez donc que cette table fait corps avec tout ce que nous faisons, encaisse chaque verre qui retombe, chaque pointe de fourchette piquée à répétition par un enfant contrarié, etc. Pour l'heure, elle est entreposée au garage. J'ai dû mettre une nappe épaisse sur celle qui vient avec la maison, et que nous avions commencé de malmener affectueusement en toute familiarité. Il en va ainsi pour bien des choses dans cette maison temporaire. Notre façon de vivre se marie bien mal avec une précaution absolue en toute chose. Nous n'avons que bien peu à voir avec ces gens qui mettent des protections sur tout ce qu'ils vont être amenés à toucher et utiliser. Sachez que si vous nous invitez, nous serons très polis et prudents. Mais dans notre chez-nous, avec nos vieux meubles et nos planchers bien usés, nous prenons nos aises.

J'ai donc vraiment hâte que tout mon petit monde trouve un havre où un certain confort nous attend. Pas un confort matériel, celui-là nous l'avons, hébergés que nous sommes dans une maison au-dessus de nos moyens, dans un quartier cossu. Un confort existentiel. Ça c'est quand on peut prendre la pleine mesure des lieux, et les occuper à notre guise, selon nos sentiments. Claquer une porte si l'humeur y est, mettre son petit nez dans la porte patio et tacher la vitre, faire un dégât sans paniquer, pouvoir jardiner, échapper sans que le coeur cesse de nous battre dans la poitrine, entendre les enfants jouer sans me demander ce qu'ils casseront bien vite, sans doute. Voilà.


On est si bien chez-soi.

8 commentaires:

Mymybelle a dit…

Je suis d'accord! Profiter de la vie sans "virer fou" pour les biens matériels. Une table, une voiture ou même une maison ça se remplace, l'important sont les gens qui nous entoure, notre famille car eux ne sont pas remplaçable!

Steph a dit…

Se sentir chez-soi prend vraiment une autre dimension lorsqu'on ne s'y sent plus. C'est en sentiment que je trouve vraiment envahissant. Ton texte ma rappeler comment je me sentait lors des déboirs avec mon propriétaire lorsqu'il en a eu, le jour ou mon appartement est devenu mon étranger. Vous allez être tellement bien chez vous !

Manon a dit…

ah c'est ce qui donne une âme chaleureuse à nos meubles et maison!!!

Ici c'est la même chose, il faut vivre, rendre les lieux habités. Quand tout est trop rangé, j'ai l'impression d'être dans une maison fantome ou abondonnée!

Des fois, j'ai l'impression qu'on cré un petit tourbillon là où nous passons et j'ai un sourire à cette idée!

J'espère de tout coeur que vous puissiez trouver une maison qui sera la votre bientôt afin de pouvoir enlever un poids non-essentiel sur les épaules de toute la petite famille.

Allé, nageoire de la chance!!!

Looange a dit…

Tiens moi je fais les deux. :) tout a du vécu dans la maison, mais j'Enlève mes souliers pour entrer lol

MAis c'est plus parce que je suis fan du nu pied que des souliers lol

Éléonore a dit…

ha mon doux, tu me rappèles une anecdote avec ma mère !

Quand j'étais jeune, il y avait le salon qui était beau, la cuisine c'était pour vivre et manger, donc sans façon.

Puis ma mère a décider de rénover, ça finissait pu !

Elle avait mis des tore verticaux dans la fenêtre de cuisine que mon fils n'avait même pas le droit d'écarter pour voir dehors.

Puis elle avait acheté une énorme table blanche et moderne à 8 places pour les repas (pendant toute mon enface nous avions eu une table ronde brune coloniale à 4 places !)
Elle avait mis dessus pour la protéger une nappe coussinée et par dessus la nappe coussinée une sur nappe en fausse dentelle de plastique.

Aller chez-elle était devenue très désagréable, je m'efforcais d'occupper les enfants pour ne pas déranger son "musée" et son nouveau chum sans enfant. Donc je dessinais à la table avec des crayon feutre lavable crayola, quand tout à coup j'entendis un grand cris ! On avait "taché" sa sous-nappe et elle débarquait avec son kit de nettoyage. Franchement !

Quel mauvais souvenir ! à cette époque on avait ben plus de fun chez les beaux-parents !

~nancy a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
~nancy a dit…

On dirait que je viens d'écrire ce texte:)

Comme toi, je me sens tout à fait à l'aise avec ma vieille table griffonné par nos plus grands maintenant hors du nid.. Pas de problème non plus avec mon plancher de bois gentiment signé: Bouffon chien.. Je ne dis pas que je n'ai jamais marché sur la tête moi aussi mais après m'avoir déjà fait dire non pour aller en "vesite" à Noël parce que nous avions 4 "infants" j'ai commencé à penser d'une autre façon..tellement l'fun manger dans le salon;)

Muriel a dit…

Bonjour,
Je passe par hasard et je sais que je reviendrai... merci pour ce partage.
Pour ma part j'aime prendre soin de mes meubles sans pour autant les protéger... leur cicatrice rappelle tel ou tel moment.. je laisse toujours les choses trainer un peu, il y a de la vie dans la maison... je n'aimerai pas que mon intérieur ressemble à une page de magazine!
Actuellement je suis en attente d'une mutation en Afrique, donc je n'aurai mon logement qu"au mois d'aout, mais je sais qu'il me tarde d'être dans mon foyer! Ce ne sont pas les meubles qui contribue à l'ambiance de la maison mais les personnes qui y vivent.

Related Posts with Thumbnails