mercredi 30 mars 2011

Des nouvelles!



Femme Libre demandait récemment des nouvelles de mes plans de tomates: ils se portent à merveille! En voici la preuve!


Définitivement, j'adore cette expérience! Cela fait naître en moi des projets à long terme, peu coûteux et exhaltants. J'aimerais bien avoir une serre attenante à ma maison un jour, un solarium. Ventilée, approvisionnée en eau de pluie, etc. Une petite portion auto-suffisante à l'année de notre alimentation pourrait ainsi se réaliser! Bon, je rêve, mais ça me fait du bien ;o)


Ces jours-ci, je dois m'efforcer de positiver car contrairement à bien des gens que je côtoie, je le vois, moi, le côté gravissime de toute la crise nucléaire au Japon. La crise humanitaire certes, mais la crise planétaire, bientôt. Ça inquiète de mettre des enfants au monde et de craindre pour leur santé dans un tel contexte (pluies radioactives, contamination de chaîne alimentaire, etc.). Ne parlons même pas des petiots japonais! J'espère de tout coeur être alarmiste là, juste là. J'espère être mal informée, intoxiquée par la peur, j'espère rire de mon état d'esprit actuel un jour. Comme je souhaite être cette personne ridicule, cette freak. Mais de penser à tout ce nucléaire sur la planète n'a rien de rassurant. Qu'on ne vienne pas me dire que c'est propre. Ce lieu commun me semble bien usé par les temps qui courent.


Je suis désabusée de l'ambiance économique et politique actuelle: pourquoi tous les pays du monde ne mettent-ils pas en oeuvre conjointement tous les moyens possibles et imaginables pour venir à bout de ce problème, sans égard aux coûts engendrés? Parce que les chiffres en bourses sont plus importants que les vies humaines. Pourquoi ne se préoccupe-t-on pas de ce qui advient dans la cours du voisin, sauf quand on peut en tirer profit? À plus forte raison quand ce qui s'y passe (le danger) pourrait évoluer et s'étendre à tous?


Pourquoi la censure est-elle toujours le seul moyen de tout guérir? La plupart des gens ont mis cet épisode derrière eux, puisque les médias n'en font plus état. N'en parlons pas, ça passera... Sauf que ça continue et pire encore! Pour de longs mois encore, sinon des années! Trouver un coupable, entâmer des poursuites, ça ne changera rien. Il faut en parler, il faut prendre des décisions pour le futur, il faut comprendre et connaître les données exactes.


Bref, ces jours-ci je n'ai qu'une envie, celle de me concentrer sur le beau de ce que la vie m'apporte. Garder les deux pieds sur terre, surtout. Et continuer à vivre normalement, à projeter normalement, à rêver. Essentiel. C'est difficile quand on ouvre son regard à de larges perspectives. Mais en même temps on ne peut pas non plus être une fenêtre constamment ouverte sur les problèmes du monde entier, au risque d'en devenir fou *soupirs*. Comme le reste des Hommes, j'attends la suite et j'espère tout en menant ma propre barque. Même que, je prie.

9 commentaires:

Laluna a dit…

Je pensais être seule sur ma petite planète frayeur! Pas une journée ne passe sans que je pense aux répercutions... Je m'informe sur les pluies radioactives de l'ouest du continent (d'où proviennent les légumes et les fruits, bien souvent...) J'attends avec impatience les arrivages d'ici. Vivement le printemps!
Mais encore plus. Je pense à toutes ces mères, tous ces pères qui cherchent leurs enfants ou encore essaient tant bien que mal de les protéger de l'impensable.

Comme la planète est meurtrie...

Je suis totalement d'accord avec toi, ici croyants ou pas... La prière est de mise...

La Mère Michèle a dit…

Merci Luna pour ce commentaire. Je me sens moins seule.

Une femme libre a dit…

On doit se renseigner, d'accord. On doit se mobiliser, d'accord. On doit agir dans la mesure de nos moyens, oui. Se recueillir, sympathiser, bien. Mais si on veut conserver sa santé mentale, il est aussi de mise de se couper de tout ça, surtout qu'on ne peut rien y changer, et de regarder tranquillement et avec fierté pousser nos tomates. Ce n'est pas de l'inconscience, c'est de la survie mentale!

(Magnifiques, vos plants, impressionnant d'avoir réussi si bien à l'intérieur, bravo!)

Looange a dit…

Un peu pour ça que je joue à l'autruche. J'écoute pas trop les nouvelles parce que sinon, pourquoi j'ai mis mes enfants au monde si ce n'est que pour les voir dans la misère. Je touche du bois et j'espère que rien de tel n'arrivera.

Bon courage :)

La Mère Michèle a dit…

Ça m'a fait du bien de l'écrire.

Et pour la suite: préserver sa santé mentale, pour sûr ;o)

Je suis une fille assez rationnelle malgré tout.

Miss C a dit…

Je pense comme toi, pour ce qui s'est passé au Japon... moi aussi, je me sens moins seule, maintenant ! Parce que les gens proche de moi avec qui j'ai voulu en parler m'ont répondu "Ah, j'sais pas, j'ai pas suivi... Peut-être parce que c'est loin, pis y'en a tout le temps, des drames - je me sens pas concerné(e)"... Dans un monde idéal, je serais une personne parfaitement équilibrée : ni trop parano, ni inconsciente ; dans un monde idéal, on agirait vraiment, en tant qu'espèce, pour tirer des leçons de tout ça...

Accent Grave a dit…

Je suis de l'avis de Femme Libre. Il faut vivre, même si au moment d'écrire ces lignes des horreurs se produisent. Il en a troujours été ainsi.

Écouter les bulletins de nouvelles informe peu. Il faut lire pour s'informer, écouter autre chose, visionner autre chose. Les bulletins de nouvelles n'ont pour seul but que d'offrir un maximum d'auditeurs aux commanditaires. La peur, le spectaculaire, c'est ce qui vend.

Vous aimeriez que le Monde ne fasse qu'un et règle ses problèmes. L'humanité est à l'image de chacun de nous, ni pire ni meilleure. Nous tenons à notre mode de vie, unique, faste. Nous ferions bien quelques compromis, sans plus.

Ailleurs, pour vivre comme nous le faisons, il faut des centrales nucléaires. Comment pourraient-ils autrement produire de l'énergie? Tôt ou tard une catastrophe surviendra. Cela s'inscrira dans les anales de l'humanité.

Ça ne doit pas nous empêcher de vivre, de vivre avec une certaine humanité, sans pour autant sacrifier nos vies par ailleurs elles mêmes éphémères. Ne nous laissons pas vaincre par la peur.

Craindre quelque chose qui ne se produira pas c'est avoir peur inutilement et craindre à l'avance quelque chose qui se produira peut-être, c'est se tourmenter deux fois au lieu d'une.

À quoi bon? Profitons de la vie.

Accent Grave

nina a dit…

N’ayant pu, malgré mes démarches en ce sens, faire valoir mes droits en justice - j’ai en effet contacté des responsables, des institutions et personne n’a pour l’instant voulu m’apporter son soutien, pourtant nécessaire. Cela a eu toutefois le mérite de faire passer un petit peu mon témoignage - j’ai donc décidé de faire un scandale, le plus énorme possible et c’est pourquoi je fais circuler l’adresse de deux blogs que, pour l’instant, j’ai pu publier à la suite de ces démarches infructueuses, dans l’espoir qu’à force de tapage, cela suscite suffisamment d’interrogations de la part des gens pour que je puisse enfin voir les faits que je relate au moins examinés par la justice et être entendue. C’est tout ce que je demande.

http://blog-etc-temoignage.blogspot.com/
http://swaplitteraire-nina.blogspot.com/

seb haton a dit…

Tu as tout à fait raison. Tout d'abord, je t'encourage de tout mon coeur à développer ton désir de jardiner encore plus fort ! On dira ce qu'on voudra mais c'est l'avenir.
Pour le reste, tu as raison, hélas, et deux aspects des choses devraient vraiment nous alerter :
- On dit que le nucléaire est l'énergie la plus sûre mais le moindre accident prend des allures de cataclysme planétaire.
- Rien ne nous traumatise plus qu'un accident nucléaire quel qu'il soit.
Rien que pour ces deux critères, l'humanité toute entière devrait changer de cap...
On verra bien, moi je crois encore à un grand virage.
sébastien h.

Related Posts with Thumbnails