samedi 10 janvier 2009

Vulnérable et puis quoi!




Quand on éduque un adolescent, on se remet constamment en question. Tout est dans l'art de créer une relation saine, mais aussi de conserver les reines, mais encore de permettre l'espace, l'intimité, les premières expériences, sans pour autant négliger le cadre... etc. Bref, je crois bien qu'on a raison de dire que lorsque les enfants grandissent, les problèmes aussi. Une simple caresse soulage efficacement de nombreuses frustrations chez un bébé. Alors qu'il suffit souvent d'adopter une stratégie ferme et stable avec un terrible two, la grande de 14 ans elle, voit tout venir de loin, et sait qu'elle conserve par devers elle un certain pouvoir d'affirmation qui n'est plus négocié.

Les conflits se doublent d'un aspect à long terme: le précédent que vous et il/elle créez renforcera, ou minera, le potentiel constructif des conflits qui suivront. Donc très souvent, il faut y aller à tâtons, désireux de ne pas être intraitables, tout en étant soucieux de faire la bonne chose au bon moment.

Ma Grande Ado nous a fait la vie dure pendant quelques jours, au retour du congé, en conservant un mutisme inquiétant, assorti d'un air de boeuf. Cette semaine j'ai donc eu à choisir quel genre de mère je désirais être. Celle qui semble constamment en contrôle, ou encore celle qui se montre extrêmement sensible, ce qui est ma véritable nature en fait. J'ai eu le choix entre la ligne dure, et le dévoilement de ma vulnérabilité de femme, de mère.

Je me suis souvenue du regard de ma mère, de sa capacité à m'ignorer lorsque mon attitude ne suivait pas la ligne directrice, de sa relative indifférence à mon sujet. Aujourd'hui je comprends qu'elle tentait de garder le contrôle par une démonstration de force, que j'ai interprété comme étant de l'insensibilité. La discipline n'est pas toujours une solution. Le coeur parle au coeur, bien plus clairement.

Combien les prises de becs auraient été plus simples si elle s'était approchée au lieu de s'enfermer dans sa tour de dignité, tout comme je le faisais en bonne adolescente aux prises avec une nécessité d'affirmation de soi. Si je l'avais vue pleurer suite à des paroles méchantes prononcées par moi, j'aurais sans doute hésité avant de répéter l'offense. Si j'avais vu dans son attitude, à un moment ou à un autre, son intention de me témoigner ce qu'il y a de meilleur, et de demeurer à l'écoute de ma détresse, je me serais sans doute plus souvent confiée.

J'ai choisi de ne pas être cette mère là. J'ai choisi de pleurer devant mon enfant si j'en éprouve le besoin. Pour lui montrer combien je m'inquiète. Combien je tiens à notre relation. J'ai choisi de la questionner, au lieu de me débarrasser du problème en me disant que ça passerait, que c'était l'adolescence. Qu'est-ce en fait que l'adolescence sinon la période où l'on porte son coeur comme un étendard, facilement troué, facilement réduit en lambeaux. J'ai choisi de ne pas attaquer à coup de canons. J'ai choisi de montrer le drapeau blanc et d'abaisser le pont levis. Je lui ai ouvert mon coeur.

Elle s'est épanchée à son tour, s'écroulant dans mes bras. Une histoire de mauvaises notes. Elle est facilement déstabilisée par une mauvaise performance à l'école. Moi qui croyais à beaucoup plus grave j'en ai été soulagée. Et nous avons eu une bonne discussion sur l'importance de ne pas verser dans le perfectionnisme à outrance.

Je l'aime tellement. Je ne veux jamais qu'elle en doute. Ni elle ni aucune de mes filles. Je pense que l'amour est une arme plus forte que tout le reste, plus que les menaces et les punitions, plus que la raison.

8 commentaires:

Les petits bonheurs de Sophie a dit…

Tellement vrai que l'amour est plus fort que tout le reste...bravo pour ton courage,un jour ou l'autre on est récompenser!

Symbari a dit…

Ah! Les relations mère-fille...ça me rappelle bien mon adolescence, il n'y a pas si longtemps il me semble!
Je crois que tu fais bien d'y aller avec ton coeur, tu ne regrettras jamais d'avoir été vraie avec ta grande ado. Bravo!

bolnuuk a dit…

premierement merci pour ton beau blog. de beaux messages.
wow, ton message actuel me touche beaucoup. ma grande fille n'a que 5 ans mais souvent je pense a cette periode adolescence qui arrivera un jour.ouff!!! serai-je une bonne maman?? Mais ton message me rassure, il suffit d'etre soi, ne pas tenter d'etre rigide, s'ouvrir et etre là. merci pour ton beau message et je crois bien en ta reussite, tu sembles avoir la recette.

Lily a dit…

J'ai eu une mère comme la tienne...
à un moment, je l'ai cru mère-poule et je détestais ça...

Mais je me suis rendue compte que j'aurais pas pu avoir meilleure mère...

La Mère Michèle a dit…

Je suis très mère poule Lily.. c'est même maladif mon affaire ;o))

Bolnuuuk: bienvenue et merci pour les compliments !!

Symbari et Sophie :o)

grenouille verte a dit…

quel beau texte !! j'ai véçu une période semblable avec mon crapaud.........les nuages vont finir par passer....

en attendant ,le seul secret c'est de toujours leur dire que malgré tout ,on les aime xxx courage !! xxx

Mi-trentaine a dit…

Cette dernièrne phrase: Je pense que l'amour est une arme plus forte que tout le reste, plus que les menaces et les punitions, plus que la raison; j'y crois également. Et merci de nous le rappeler car en ce moment, nous vivons une période assez rough avec Grincheux. Compagnon et moi avons tenu notre bout, mais en vain. Nous avons donc decider de laisser parler notre coeur, dans l'espoir d'améliorer les choses.

Grande Dame a dit…

Très beau billet!

Related Posts with Thumbnails