mercredi 10 juin 2009

"Bodies" - à Espace 400e



Irez-vous voir cette exposition de cadavre?
Les gens de Montréal pouvaient le faire déjà l'an dernier.

Elle est fort critiquée. Cette semaine dans Le Soleil, un responsable avouait même ne pas trop savoir d'où les cadavres pouvaient venir, ni comment ils étaient décédés.

Mais pour moi la question n'est pas tant celle-là. C'est plutôt que, malgré mon esprit éminemment scientifique, médical même, je me demande pourquoi. Il est vrai que pour certains, voir l'intérieur du corps en réalité froide peut contribuer à satisfaire une curiosité.

Mon problème est plutôt celui-ci: est-ce qu'on peut conserver un peu de magie???

La vie est un petit miracle qui est déconstruit chaque jour dans les laboratoires et les salles de dissection, sans pour autant être expliqué. Soit, faisons-le pour la science, pour l'avancement des conditions et de la durée de la vie humaine elle-même! Mais en tant qu'art? Pour l'art? Sans tomber dans la superstition, je crois qu'on transgresse ici, on va trop loin.

J'arrive à oublier un peu chaque jour, car il le faut pour vivre un peu le bonheur, que je suis un être mortel, un animal même. Je vis mon quotidien dans un présent idéalisé, je veux penser que tout ira toujours bien, malgré quelques instants de lucidité, parfois. Regarder l'un de mes semblables et constater que je ne suis qu'un amas d'os, de muscle et de tuyauterie ne me séduit guère. Voir, tout voir, et tout savoir, vide l'existence de toute spontanéité. Quand il s'agit de notre corps, c'est le fondement même de notre être qui est questionné, mis au jour, banalisé quoi. Je n'ai pas de dégout profond pour le sang ou les tripes, je me trouve tout simplement mal à l'aise devant un tel acte de voyeurisme.

D'autres diront qu'il est aussi noble d'observer l'infiniment complexe de la vie dans un corps humain, même à l'état de cadavre, que d'observer les étoiles. La vie est ce qu'elle est, dans toutes ses manifestations.

Moi je préfère vivre avec la perception que j'ai de mon corps, avec l'image, un peu magique, que je me suis construite.

Et vous?

9 commentaires:

Mi-trentaine a dit…

Tout comme toi, j'ai aussi l'esprit scientifique, c'est mon domaine. Et c'est rassurée que je suis allée voir Body World l'an passé avec des collègues. Nous en sommes sortis troublés, l'estomac à l'envers et la larme facile. Le retour à la maison s'est fait dans le silence. Même encore aujourd'huii, quand on en parle, il nous revient un drôle de feeling.

La Mère Michèle a dit…

Un feeling macabre?

Mi-trentaine a dit…

Ouais, exactement.

Surtout qu'on y voyait des squelettes ou des organes de gens décédés de maladies communes. Tous les visiteurs étaient alors touchés personnellement.

La Mère Michèle a dit…

Ouan, tu renforces ma position toi là!

LISE a dit…

Je n'irai pas voir cette exposition car je sais déjà que je vais me sentir comme une intruse dans la vie des gens dont le corps est exposé.

grenouille verte a dit…

tout à fait d'accord avec toi....vive la magie et l'imagination !! xxx

La Belle a dit…

Moi je n'irait pas parce que je trouve ça tout simplement bizarre... Et aussi parce que j'haissais mes cours de bio où il fallait voir l'intérieur...

Bref j'appuie ton avis !

Grande Dame a dit…

J'ai adoré cette exposition, troublante certes mais combien fascinante!

J'y ai appris beaucoup, j'ai été renversée, sans mots, respectueuse, émue. J'y ai vu un jeune enfant "exposé" et me suis attristée à l'idée que cet enfant avait dû mourir pour être là, idem pour la femme enceinte et son foetus, des hommes "tranchés" à la verticale, un foie aussi ravagé que celui de mon père, des poumons immenses, des coeurs "morts" d'un arrêt cardiaque. Fascinant!

La Mère Michèle a dit…

Courageuse grande Dame :)

Related Posts with Thumbnails