mercredi 11 mars 2009

Toutes ces histoires de mères indignes ou imparfaites...



Je n'embarque pas, ça me laisse froide.

Probablement parce qu'il ne s'agit pas pour moi, comme pour plusieurs, d'une révélation ou d'une libération.

Je sais depuis longtemps que je ne suis pas parfaite, ni même superwomen! L'image de la femme de carrière qui se démène à fond de train dans sa vie pour ne rien rater ne me parle pas du tout. N'ayant que très peu de résistance au stress, il y a longtemps que j'ai fui les situations de grands sacrifices humains. J'ai fait des choix. Et je n'ai que peu souvent l'occasion d'être véritablement indigne puisque j'ai du temps, denrée rare, pour m'organiser (cuisiner autre chose que du fast, prendre l'air avec les petits, etc). Entendons-nous ici que je ne considère pas indigne le fait de ne pas feeler pour cuisiner, un de ces soirs, ou encore d'être fatiguée deux jours en ligne... Une femme, c'est d'abord un humain! L'imperfection est la normalité, heureusement.

Mais je comprends que d'autres femmes, épuisées par la cadence du monde où nous vivons, et sollicitées doublement en leur qualité de mère et d'épouse à performer à la fois sur le mode traditionnel et moderne, puissent trouver jouissif de voir d'autres compères se résoudre à prendre des raccourcis, alléger leur vie, se réserver du temps pour elles-mêmes, etc. C'est même un phénomène de société, comme en témoigne l'engouement pour les excellents "produits" de Mère Indigne. Qui, soit-dit en passant, est loin d'être véritablement indigne... Du moins, pas de façon aussi flagrante que certaines de ses disciples entrainées dans la course, et qui parfois poussent la révolution encore plus loin hihihi! ;o)

Reste que, le phénomène trouve écho de façon remarquable chez beaucoup de femmes. Cela dénote une vague de fond qui demande à voir le jour, un besoin latent sur le point de jaillir, la résistance des mères survoltées? des femmes sacrifiées? La recherche d'une vie qui pourrait concilier tous les aspects de la féminité de façon harmonieuse, sans perdre aucun acquis? Cesser de vouloir TOUT: la grosse job, le gros salaire, la grosse famille, le mariage heureux, le chalet dans le nord? Faire des CHOIX. Équilibrer sa vie. Certes, les femmes ont taillé leur place au soleil, mais quelle place et à quel prix?

Je regarde autour de moi et je suis parfois essoufflée. Je prends même certaines en pitié.

20 commentaires:

Oréole a dit…

Je crois que chacun a sa façcon de voir la maternité vs la vie d'adulte. Chacun vit sa vie comme il peut en mettans les priorités où elles doivent mais des priorités ça se déplace...!

L'important c'est de croire en soi de trouver son équillibre...

Véro FDM a dit…

La pitié est le sentiment par lequel on est porté à percevoir ou ressentir la souffrance des autres, et poussé à y remédier.

Je ne pense pas que ses femmes vivent un telle sentiment sinon elles changeraient certainement le bout qui fait tant souffrir.

Il est possible que c'est quelque chose que tu ne peux pas envisager, mais d'autres le vivent très bien et aiment l'accomplissement qui n'est pas que celui d'être la maman de...

Je pense qu'il ne faut pas généraliser et que tout reste une question de choix personnel et d'être heureux dans nos décisions.

Looange a dit…

Je suis d'accord avec toi. J'ai aussi fait un choix dans ma vie, celle de laisser tomber le travail pour être à la maison. Je trouve ces femmes qui travaillent courageuses (si je peux me permettre) ou peut-être un peu "folles" d'arriver à travailler avec deux enfants à la maison. Je ne travaille pas et desfois je manque de temps pour faire ce que je voudrais faire. En plus, avec les deux autres qui s'en viennent... je vois pas comment je pourrais faire :)

Moi je vois dans le côté indigne, desfois, le sentiment de se sentir mal par rapport aux enfants. Genre manquer de patience, de compréhension et ne pas toujours être "disponible" pour les enfants :)

Mais moi, je m'assume totalement. :)

Les Chroniques de la Couvée a dit…

Je crois que la vague de fond vient du livre "Mieux vivre avec son enfant" qu'on vous remet à la sortie de l'hôpital en vous martelant que tout ce que vous devez savoir est écris dans le livre. Que si le livre ne le dit pas, c'est que c'est nécessairement un mauvais choix, une mauvaise décision. Personnellement, après avoir tenté de correspondre aux 101 lois du "petit livre" je l'ai jeté aux poubelles et fais mes propres choix. Et même chose pour les conseils des bien-pensants et des "je-sais-de-quoi-je-parle-j'en-ai-élevé-10"!
Je prends l'indignité dans le sens de cesser de s'en faire avec les les diktats et laisser dire les gens. Faire ce que la mère en moi juge bon et adéquat.
Oui, je sors parfois avec mes enfants en pyjama parce que... au fond un pyjama est un vêtement très confortable... Mais qui s'en soucie au fond? :-)))
On s'en demande beaucoup trop parfois et il faut négliger parfois une demie heure d'habillage pour passer plus de temps dehors!! C'est de la petit indignité.
Malheureusement je n'ai pas vu C. Allard à TLMP, je ne connais pas le fond de l'histoire.

La Mère Michèle a dit…

Chronique de la couvée: moi non plus, je n'ai pas vu Mme Allard à la télé, ni regardé Radio Canada. Ceci dit, j'admire son trait de génie, et l'ensemble de l'oeuvre. Elle a une plume d'enfer ;-)Ce billet n'était pas une critique. Et... le Mieux Vivre, je l'ai jamais ouvert lol! Je ne suis pas vraiment ouverte aux diktats moi non plus...

Et je suis très d'accord avec le fait de pas trop s'en demander! Même pour la femme au foyer ceci dit, y a moyen de s'en mettre trop sur les épaules. Faut vivre aussi.

FDM:
"Il est possible que c'est quelque chose que tu ne peux pas envisager, mais d'autres le vivent très bien et aiment l'accomplissement qui n'est pas que celui d'être la maman de..."

Mmm... j'ai été autre chose avant d'être la maman de... et même si pour le moment, ma vie est calibrée en fonction des enfants, dans le futur, et pas si lointain, l'accomplissement est aussi pour moi. J'ai choisi de le faire en deux temps. Mais je peux très bien comprendre que d'autres soient meilleures pour l'orchestrer en un seul. Parcontre, je vois beaucoup de femme qui sont malheureuses et qui changeraient leur vie d'un coup de baguette magique si elles le pouvaient. Elles finiraient plus tot pour avoir du temps en famille, elles resteraient à la maison avec leur ti-poux qui a une pneumonie, etc... Et dans ce temps-là, oui, je ressens de la compassion.

Milou a dit…

Je partage l'opinion de chroniques...
Moi j'aime bien cette vague - sans désirer ne voir que ça-.
Pour moi, c'est un peu une réaction à tout ce qu'on a lu et vu un peu partout... Ne serait-ce que les femmes enceintes de plusieurs films qui ressemblent à des top modèles tout en gagnant des millions et en faisant des lunchs santé aux enfant.
Un pied de nez aussi aux jugements que plusieurs ont entre elles... La femme qui dit à l'autre que si elle n'a eu que des césarienne, elle n'est pas une vraie femme, celle qui juge l'épidurale ou le non allaitement materne; ou simplement, celle qui parle du ménage "mal fait" de la voisine pour mettre la lumière sur sa maison nickel.
etc etc
Et avec tous les articles et émissions conseils en tous genres... Moi personnellement je trouve ça lassant parfois de me faire dire de faire des lunch en forme de clown tout en compostant, en allant chez le psy pour l'un, en faisant les devoirs avec l'autre et en communiquant toujours avec les bons mots, le bon ton. Sans oublier la vie sexuelle qui doit être épanouie et les jambes bien épilées. Ce sont des exemples un peu gros, mais il me semble que de nos jours encore plus que jadis, quand on devient parent on est presque un criminel en devenir... Rire du fait d'avoir oublié le casque de vélo quand le petit fait du tricycle dans la cour ou d'avoir été impolie avec le prof de Junior... ça peut défouler non?
Pour ce qui est du travail à la maison vs extérieur, moi je suis entre deux chaises. Je suis pigiste, mais à la maison. Depuis un moment, c'est mon choix, mais j'ai mes moments ou j'ai envie de changer, de m'évader. m'évader soit du boulot, ou soit des enfants! Dans ces moments-là, l'humour m'aide à combattre les coups de fatigue ou de déprime momentanés.
Et je n'ai pas bien bien le choix de rire de mon manque de talent, par exemple dans une maison... sinon mon estime perso s'évaporerait :P

La Belle a dit…

Je suis d'accord avec toi lorsque tu dis qu'on doit faire des choix en tant que mère ou famille pour équilibrer sa vie.

De mon côté je suis retourner travailler seulement 4 jours par semaine afin de me permettre d'être avec mon fils plus souvent.

Lorsque mon deuxième arrivera, je vais encore me poser des questions... Travail, maman à la maison... C'est tellement difficile d'y penser que je me suis dis que j'y repenserai seulement après mon 2ième accouchement... Le retour au travail cette fois-ci s'est fait surtout sur un penchant financier. On verra pour le prochain !

Mi-trentaine a dit…

Pour ma part, je travaille ET je m'occupe de mes enfants.
Travailler ne m'empêche aucunement d'aller jouer dehors avec eux, de leur préparer des collations/repas santé et d'être entièrement à leurs côtés lorsqu'ils sont malades.

Chacune choisie en fonction de ce qu'elle désir et de ce que la famille peut se permettre.


Il est possible de faire l'un, l'autre ou les deux très bien si on est en paix avec son choix de vie et si on se donne la chance d'y arriver.

Il arrive à une maman qui travaille de trouver qu'elle manque de temps tout comme à la maman qui est à la maison.
Voilà mon point de vue :)

La Mère Michèle a dit…

J'ai l'impression que ce billet est mal interprété.

Je ne dis pas que les mères qui sont au travail ne devraient pas l'être ou qu'elles ne s'occupent pas de leurs enfants! Je ne prône pas le retour aux fourneaux!

Je dis simplement que cette mode actuelle sur les mères indignes sourit aux plus débordées d'entres elles.

Et je questionne la possibilité ou non d'une réelle conciliation travail famille qui soit harmonieuse, oui.

D'autres commentaires comme ceux de milou ou de chroniques m'ont renseignés à l'effet que le véritable "débat" pourrait être ailleurs. Qu'on nous dicte tout, et qu'on ne s'y retrouve plus.

Cessez de me dire que je suis contre la femme au travail!!

Je suis contre la femme qui doit faire passer son travail constamment, même avant sa propre existence , pour "y arriver". Ça devrait pas. C'est ça qui est indigne.

Les Chroniques de la Couvée a dit…

Je comprends le sens de ton questionnement.

IL vient pour toutes un jour le moment d'établir ses priorités, qu'on soit femme de carrière ou maman à la maison. Il n'y a pas de différence selon moi entre décider de travailler 4 jours semaines et de mettre la pédale douce sur le ménage, tout les deux dans le but de passer plus de temps avec ses enfants.
Il vient un temps pour délimiter ses zones de confort. Prendre du temps pour soi, pour le couple, la famille et le travail.
Le sentiment d'indignité vient du fait que "Mes" besoins ne correspondent pas à ce que la société, les pédiatres, les psy et cie jugent convenables. Mais ce sont MES besoins, ma zone de bien être... Je crois que ce mouvement d'indignité, c'est le cri des mamans qui se réclamment le droit d'agir selon leurs convictions.

La Mère Michèle a dit…

Je comprends mieux avec vos commentaires. Ce que tu viens de dire, gentille couvée, me rejoint entièrement.

Milou a dit…

"Je crois que ce mouvement d'indignité, c'est le cri des mamans qui se réclamment le droit d'agir selon leurs convictions."


C'est comme cela que j'aurais voulu l'exprimer. Merci couvée:)

Ps: Michèle, je ne te vois pas comme une anti femme au travail ;)

Eve a dit…

Je m'en venais dire pas mal la même chose que Couvée et Milou... Exactement le débat n'est pas autour de la maman qui travaille vs la maman à la maison, mais plutôt autour de la perfection dans notre fonction de mère.

C'est pas vrai qu'il est possible d'avoir une maison nickel, un mise en pli impec, pendant que tu fais manger tes enfants avec un lunch comprenant les 4 groupes alimentaires, coloré et en forme de clown (je l'ai bien aimé celle-là!!), pendant que tu allaites ton bébé de l'autre main. Tout cela pendant que l'osso buco cuit dans le four pour ton mari et qu'une brassée de couches lave dans la laveuse... Et surtout, tout cela sans être essoufflée!!! hahahahaha!!

Finalement, être une mère indigne, c'est avouer que l'on ne peut pas être parfaite sur tous les plans et en rire!
Parce que, si on fiait uniquement à ce que l'on dit dans les livres, ça fait longtemps qu'on aurait fait augmenter la population des centre psychiatriques!!!

Mère Poule a dit…

ET bien moi, je travaille suis enceinte de mon #3 et je passe mon temps à courir. ET à moins d'un miracle, j'arrêterais pas de travailler non plus. ET je vis pas pire. Car le mot clé chez moi c'est ''Salubrité''. Alors les traîneries, je peux très bien faire avec.

;)

Mais ceci étant dit, jamais je ne me donnerais le titre d'Indigne. Parce qu'on est toute l'indigne de quelqu'un, à quelque part, selon nos choix de vie.

ET mes convictions? Je les assume à 100%. Alors je vois pas pourquoi certaines devraient réclamer le droit d'agir selon leur choix de vie. Elles n'ont qu'a le faire et that's it. Ça s'éteint là.

C'est un sujet un peut touché pour ma part. ÇA semble la mode sur les forums de médames et mamans de sortir le fameux ''traiter moi de mère indigne...'' à la moindre opinion contraire.

J'en peux juste pu. Assumons-nous bordel!!!

;)

Mère Poule a dit…

AH!!!

Je viens de réaliser que je suis une menteuse de première...

Sur mon blog, j'ai déjà utilisé ce terme dans mes titres de posts. Deux fois plutôt qu'une, de mémoire...

Mais je plaide la folie passagère et l'utilisation de ce mot pour mettre l'emphase sur mon texte.

Je ne réquisionne pas le titre.

Certain.

;)

Ysa_la_tite_mere a dit…

Je suis du même avis que Mère Poule? Ça vient d'où ça l'idée qu'il faut être parfaite? Moi y a jamais personne qui m'a demandé de l'être et je n'ai jamais eu l'ambition de le devenir non plus. Je pense qu'il y a bien des femmes qui se mettent elle même de la pression... il y a tout le temps du monde qui ne seront pas d'accord avec nos façons de faire: pis après! Perso, je m'en crisse! Et puis le Mieux-Vivre, je l'ai lu, je le consulte même à l'occasion, dans certains cas, je fais exactement le contraire de ce qui y est écrit et je ne me sens pas coupable ni indigne pour autant!
J'ai souri à la lecture du commentaire de Milou car dans une discussion où je disais que je ne m'étais jamais senti aussi femme qu'au moment de mettre mon fils au monde, une fille m'a dit d'un ton bête: "Ben, là, veux-tu dire que je suis pas une vraie femme parce que j'ai eu une césarienne!!" Euh... On se sentirait pas un peu persécuté ici... C'est toujours pareil, faut faire attention à tout ce qu'on dit parce qu'il y en a toujours pour grimper dans les rideaux et se sentir attaqué à propos de rien. Moi, ça m'énarve!

Milou a dit…

Suis d'accord avec toi Ysa, ça vient lassant de surveiller ce qu'on dit...
Le monde de la maternité en est un souvent euh... Émotif?
La fille qui a réagit à ton propos, elle avait du déjà se faire dire le genre de phrases que j'ai entendu pour les femmes ayant eu des césariennes et elle s'est défoulé sur toi, c'Est pas fort fort non plus.
Moi aussi, le Mieux Vivre je le consulte et je fais ce que je veux sans capoter.
Mais c'est peut-être mon réflexe de pigiste ( qui écrit parfois des trucs conseils aux parents!!!) qui trouve que parfois, il y a des abus... Et j'aime mieux en rire :P

Looange a dit…

Je pense aussi que le débat n'est pas sur le travail ou non (je me suis peut-être mal exprimée finalement). Mais y a tellement de pression sur les mamans en ce moment, que desfois ça devient "irrespirable". En fait, nos choix sont nos choix et ne regarde personne d'autres. On ne devrait pas se sentir cheap de nos choix et personne ne devrait le faire. Comme de remettre en cause le débat féminisme sur le choix des femmes face à leur famille. C'est n'importe quoi.

Il faut lâcher prise un moment donné. Et le fait je pense, de se dire indigne ou imparfaite en gang :) desfois ça fait du bien. :)Tk, moi je me sens moins toute seule dans ce grand flot :)

La Mère Michèle a dit…

Peut-être que finalement, c'est plutôt que je fais TELLEMENT à ma tête dans la vie en général que j'ai pas eu besoin de me faire dire de le faire loll

Anonyme a dit…

Je trouve aussi étrange que ce soit indigne que d'être soit même ? ? ? Je ne connais pas le phénomène , j'ai juste écouté une websode ...je n'aime, pas désolée. Il y a rien d'extaordinaire a ne pas aimer parler avec un bébé au téléphone. Je n'aime pas ces modes.

Je suis d'accord avec toi la Mère Michèle.

Related Posts with Thumbnails