lundi 2 mars 2009

Le coeur déchiré




Billet lourd ce matin, confidences.

J'ai le coeur nomade, je l'ai déjà dit. Depuis que j'ai douze ans d'âge, je n'ai pas élu domicile fixe pour une durée plus longue que 5 ans. Et je crois que c'est devenu une déformation de mon caractère.

Pour vous donner une idée:

Je suis née en gaspésie.
Premier séjour extérieur pour scolarité: 12-13 ans, sec II - Québec
Deuxième départ, plus définitif: sec V + trois années de cégep - Québec
Retour en gaspésie pour 8 mois.
Ensuite: 4 ans dans la ville de Rimouski, 1 année supplémentaire dans un petit village voisin, puis je quitte cette région.
Une année à Montréal.
Trois années à Ste-Thérèse de Blainville.
Trois années à St-Eustache.
Et depuis deux ans et demi: Québec.

J'ai 34 ans.

Je n'ai aucun port d'attache. Je souffre énormément de ce fait. Je n'ai plus rien qui m'attends dans le Bas-St-Laurent. Ni famille ni amis. Tous les gens que j'aime sont restés dans la couronne nord de Montréal. C'est l'endroit le plus récent dans mon coeur pour lequel j'ai ressenti des racines profondes. Mes parents y sont demeurés. Et ils y vieillissent.

Je ne sais pas pourquoi, mais ce dernier déménagement est difficile pour moi. Je ne me suis pas adaptée. Mon coeur a tendance à comparer constamment. Je m'ennuie. Existe-t-il un age limite pour se déraciner? Je crois que ma limite est atteinte. Même, je suis peut-être allée trop loin? Je pense aux conjointes de militaires. Ça doit faire partie des plus grands défis rencontrés: arracher les enfants à un milieu pour les transplanter ailleurs, changer toutes les habitudes, etc.

J'essaie de me relativiser, de me dire que j'habite la ville la plus WOW! Toutes les raisons pour lesquelles j'ai effectué ce déménagement sont encore valables! Mais je ne me sens pas chez-moi! La magie n'a pas opéré cette fois! Je suis retournée dans mon passé mais je n'y ai pas retrouvé ce que je m'attendais. Je me sens mal depuis que je suis partie, depuis que j'ai quitté mon ancien monde. J'ai pourtant vécu de grandes choses ici, depuis. La naissance de Petite Fleur en fait partie. Mais... j'ai le coeur déchiré. Inexplicablement.

6 commentaires:

Chantal a dit…

En tant que femme de militaire, je peux te dire ce qui ce passe pour moi et ma famille.

Le plus difficile a mon avis n'est pas les enfants, ni le conjoint. C'est moi!

Pourquoi me dirais-tu?

Parce que les enfants et le chum sont propulsé dans leurs nouveau monde. Soit l,école et le travail.

Moi je suis une maman à la maison, qui dois être là pour les repas, les retours après l,école et les absences des enfants. Je trouve plus difficile de m,intégrer ici ou ailleur à cause de ça. J'irai pas frapper à la porte de mon voisin pour lui dire salut je viens prendre un café.

Donc je comprend parfaitement ce que tu vie. J'ajouterais, ma porte t'es grande ouverte pour prendre un café. En plus nous sommes dans le même secteur.

La Mère Michèle a dit…

Ce serait avec plaisir ma chère!

Et tu as très bien décrit ma problématique!

C'est moi qui ai les blues! Pas eux! Ils ont l'école ou le travail...

Lily a dit…

Dans mon cas, je remercie mes parents de ce manque de vraies racines. Ils nous ont trimballés, entre leur divorce, entre les villes.

Les seules racines que j'ai, c'est le village où mes grand-parents habitent..mais même à ça, j'y vais jamais.

La Belle a dit…

Wow, tout un contraste avec moi qui a toujours véçu à la même place, dans la même ville (ou devrais-je dire même arrondissement maintenant...) En fait je suis né dans la maison que mes parents ont encore aujourd'hui. Et j'habite la maison de mes grands-parents. Je ne sais pas quoi te dire sinon d'en parler car ça peut te faire du bien !

Eve a dit…

C'est triste...
Je ne sais pas trop quoi te dire pour te réconforter, à part que, oui, tu habites la ville la plus Wow, comme tu dis!!
Et puis, sinon, si parfois, tu as besoin de voir un peu de monde, bien, moi-aussi, je ne suis pas trop loin (rive-sud..)

Isa a dit…

Bonjour!! C'est ma toute première visite et ce sujet m'interpelle. Je viens du Saguenay, j'ai vécu 3 ans à Montréal durant lesquelles j'ai trouvé l'adaptation très difficile. J'ai décidé d'avoir un juste milieu en venant habiter à Québec et ça fait près de 7 ans déjà. Pour ma part, j'ai remarqué qu'il me faut environ 3 années pour m'adapter. Par contre, c'est toujours un grand plaisir de retour chez moi au Saguenay. Donc ne lâche pas, il y a des moments qui sont difficiles.

Related Posts with Thumbnails