vendredi 29 mai 2009

Grands enfants...



Quelques-uns de mes derniers posts traitent de l'évolution de mes enfants ou encore sont "à saveur de".

Je pense entre autre à:
.Évolution...
.Quotidienne
.L'invisible fil - qui traite du lien qui m'unira toujours à eux malgré leur inévitable éloignement.

L'atmosphère familiale qui règne ici n'est pas étrangère à ce lyrisme. Parce que j'ai des enfants très éloignés en age (15-10-1), je joue sur trois fronts à la fois. J'ai l'adolescence, la pré-ado et la petite enfance en panorama continu, et je dois adapter mon discours. La plus petite me rappelle combien le temps a filé bien vite pour la grande. La médiane ne cesse de me crier qu'elle est à cheval entre deux conditions et qu'elle va verser très bientôt vers le monde adulte elle aussi.

Quand je suis déménagée ici il y a trois ans, je n'avais que deux filles, et elles me semblaient encore bien jeune pour tout! Ma plus grande ayant 12 ans à l'époque, je la couvais toujours. Notre vie était encore semblable à ceux qui élèvent des jeunes enfants. Je crois que j'avais l'impression que cette situation durerait toujours. Notre coeur de mère n'est jamais préparé complètement à ça. Les oisillons, bien avant de quitter le nid, réclament indépendance, se distancent un peu pour acquérir de l'intimité, affirment leur personnalité. L'amour demeure, mais il s'exprime le plus souvent autrement. Comme une autre blogueuse l'écrivais ce matin, on ne console pas un coeur blessé comme on soigne une blessure au genou.

Il y a aussi toute cette richesse de caractère qui surgit sans crier gare au sortir de l'enfance, le rejeton devient une personne à part entière, avec ses exigences, ses préférences, ses défauts aussi, sa différence, et sa détermination propre. Maman n'est plus un moule, maman n'est plus une poule, maman devient un guide. Seulement. Elle dépose des bouées, elle tire encore quelques ficelles, mais seulement pour éviter une trop pénible chute, parfois.

Plus concrètement, mes enfants vieillissent ces jours-ci. À table, il n'est pas question de garderie ou de collation du lendemain. On cause coupe de cheveux à la mode, garçons parfois mais très rarement puisque le secret est de mise, maquillage aussi! On épluche encore les circulaires (ben oui je reçois encore ça ici moi lol) mais cette fois, on ne recherche plus les jouets, non.

Voici ma gestion en cours:

Grande Ado:

. Multiples formations ces jours-ci pour l'obtention d'un job d'aide-monitrice à la ville, suite à une méga entrevue passée ce printemps.
. Formation de Secouriste intermédiaire chez Ambulance St-Jean.
. Recherche active d'emploi dans le guichet en ligne.
. Doit se faire couper les cheveux à la mode, se paiera des converses à 100$ cette semaine.
. Ouverture d'un compte à la caisse cet après-midi, carte de guichet et chèques.


On est loin du changement de couches n'est-ce pas?


Jolie Sportive:

. Va pêcher aujourd'hui avec l'école, sait pêcher!!! Pas moi qui lui ai montré lol! C'est elle qui rapportera le souper de papa...
. Partira dans les prochaines semaines pour une classe verte de deux jours où elle dormira en forêt. Sans moi. Sniff.
. Est en amour, de façon loyale, mature, patiente, mignonne aussi. Comme je le racontais dans: l'amour n'a pas d'age ;o)
. Voit chaque jour son corps se transformer à vue d'oeil (vrai vrai!!) et se féminise progressivement (fiou! lol)
. S'offre du linge, du maquillage, écoute des histoires d'amour à l'eau de rose.


On est loin des premiers pas, n'est-ce pas?


Et moi? Je survis? Comme mère j'entends? Je viens de fêter mes 14 ans de vie de couple, normal que tout ait progressé autour! Pourtant je n'ai pas encore 35 ans. Je fus une bien jeune mère, autrefois. Le fait d'avoir commencé tôt me donne aujourd'hui la vie que j'ai, l'expérience d'une vieille routière à l'age où beaucoup de femmes bordent encore leur premier enfant.

J'ai grandi aussi. Force m'est de l'admettre, en années, pas en pieds. C'est ce qui arrive quand on regarde les autres vieillir, on oublie un peu que ça nous arrive aussi.

Mais je sais en même temps que certaines choses refuseront de changer. Je sens que ma plus vieille fille m'est beaucoup plus attachée que je ne l'étais à ma propre mère. Je crois que cela tiens à la qualité de la relation que j'entretiens avec elle, avec les autres aussi. Je ne sais pas si c'est une question de génération ou de personnalité, mais je suis une mère qui veille de très près au bien-être de ses canetons. Je vis avec elles, je pleure avec elles aussi. Mes bras et ma compassion sont toujours disponibles: il n'y a pas d'age pour venir se blottir, se faire appeler "mon bébé", se faire un peu dorlotter.

Voilà, je pense que je peux assurer. J'ai appris à aimer mes grands enfants comme j'adorais mes petits bébés tout juste sortis du giron. C'est la suite, tout simplement, c'est la vie. La vie qui va.

2 commentaires:

Joulie a dit…

Voilà une réflexion très bien détaillée, un bon complément à ce que je voulais exprimer, bien que je ne baigne pas encore dans l'âge ado. Mais cette réflexion, avec l'attribution de mots sous forme de texte, aide à mettre au clair les perspectives et fait faire un bon ménage de tête, et rendre les choses plus éclairantes!
;)

La Belle a dit…

C'est vrai que votre dynamique familliale est particulière ! C'est agréable d'avoir plusieurs réflexions en parallèles. J'aime bien les petits défis qu'ils apportent car je vous trouve bien organisé dans tout ça !

Related Posts with Thumbnails